B1 - Situations dites irrégulières

B1 situations dites irregulieresB1 situations dites irregulieres

 

« Situations dites irrégulières »

 

Présents autour de la table

  • Une sœur dominicaine qui fait de la catéchèse d’adultes et qui rencontre parfois dans ses accompagnements de situations de personnes absolument inextricables.
  • Un diacre qui accompagne les migrants et qui se pose la question du positionnement et de la limite d’un accompagnement surtout lorsqu’il n’y a pas de solution pour la personne.
  • Un paroissien ordinaire «  très en colère » par les situations qualifiées d’irrégulières.  Ce qui fait effet de repoussoir et fait partir les gens.
  • Un couple qui accompagne les personnes «  divorcées-remariées » dans le mouvement des équipes Reliance et les personnes qui veulent vivre un temps de prière à l’occasion de leur nouvelle union. A la lecture d’Amoris laetitia, ils ont commencé à mettre en place des «  chemins de discernements » comme proposés dans l’exhortation.
  • Une femme , mère célibataire, également très en colère , pas a l’aise dans sa paroisse, où un «  jeune « prêtre a vider l’église d’un groupe de jeunes qui marchaient bien.
  • Une personne « divorcées-remariées » qui est mal accueilli par ses propres enfants et qui a demandé à Barbarin l’autorisation de communier le jour de la confirmation de son petit-fils qui se passait à Versailles (  l’évêque de Lyon a demandé l’autorisation à celui de Versailles )
  • Son époux, qui était veuf et qui semble se poser moins de questions car pas de PB en famille avec son épouse divorcée . Il communie depuis Amoris laetitia
  • Une personne qui a divorcée trois fois et qui est maintenant veuve, a reçu l’absolution , elle recomunie et fait même le cathé et a un accueil pour les parents divorcés des enfants du cathé.
  • Une personne mariée, de racines catho et protestantes, a travaillé sur l’histoire de deux théologiennes de Lyon, est en colère au sujet du statut des femmes dans l’église.
  • Notre animatrice qui vient de Lozanne et qui nous a partagé que c’était le premier lieux en France où il y a eu une équipe de Laïcs en responsabilité pastorale et que tot cela a été «  détricotée «  tranquillement .

Nous avons ensuite échangé à bâton rompu et avons constaté que beaucoup de choses se vivaient «  en douce », discrètement pour pouvoir durer….

 

Nos textes d’Evangile…chacun le sien avec des répétitions

  • La samaritaine
  • La Syro-Phénicienne
  • La femme adultère
  • Les Générasiens
  • Bartimée
  • La cananéenne
  • La femme adultère
  • Le fis prodigue
  • Le bon samaritain
  • La phrase de Jésus : Le jour du Sabbat, a-t-on le droit de faire le bien ou le mal

Puis débats sur le droit canonique qui ne devrait pas être un obstacle et qui devrait évoluer. Le canoniste de service dit que le droit lui-même est « assez » ouvert, mais que c’est l’interprétation qui en est faite qui ferme tout. Malgré tout il y a des lieux plein de vitalité et des célébrations enthousiasmantes….Une dernière question sur la différence entre «  obéissance » et «  soumission » et pas seulement pour la question de la femme.

Dernière étape

Choix de trois actions immédiates :

  1. Essayer de mettre en place des groupe de lecture d’amoris laetitia dans les paroisses et dans les groupes pour comprendre la grande «  révolution «  demandée par le pape François.
  2. Habiter les lieux où quelque chose se passe pour encourager ces initiatives et en faire la promotion : par exemple un groupe œcuménique à St Bonaventure, le groupe Abraham à la Duchère…
  3. Réactiver les conseils pastoraux de paroisses et s’investir dedans.

 

Nous n’avons pas proposé de mettre notre propositions de «  cheminements Bartimée «  puisque nous le faisons déjà, mais nous sommes prêts à développer ce processus dans une petite page à joindre dans les actes si vous voulez ….

 

 

Merci de ces deux journées….en espérant que cela va porter du fruit…..