Et si la pénurie des vocations sacerdotales obligeait l’Eglise à se reposer quelques vraies questions …

Une Eglise au régime « sans prêtres »

Et si la pénurie des vocations sacerdotales obligeait l’Eglise à se reposer quelques vraies questions …

 

A l’ordre du jour de leur Assemblée plénière de Lourdes, les évêques de France abordent, en ce début novembre, l’épineuse question des vocations sacerdotales diocésaines. On sait le clergé vieillissant, les séminaires quasi déserts et du fait même le nombre d’ordinations en régression constante : 140 encore en 2014, 120 en 2015, une centaine seulement en 2016. C’était, il y a moins d’un siècle, le nombre d’ordinations annuelles pour le seul diocèse de Rodez (Aveyron). Bien des diocèses de France, notamment dans le monde rural, sont confrontés à la perspective de n‘avoir plus, d’ici dix ans, qu’une vingtaine de prêtres de moins de soixante-cinq ans. Cette question est devenue d’autant plus épineuse qu’à de légitimes interrogations sur l’avenir des communautés chrétiennes s’ajoute un enjeu à la fois idéologique et théologique, les deux aspects étant intimement liés.

Lire l'article dans son intégralité sur le blog "Cath' lib" de René Poujol